0
17842

La data au coeur des débats sur la ville intelligente

Partout dans le monde, les villes intelligentes se développent de plus en plus. En France par exemple, 14 des 25 Smart Cities françaises ont moins de 250 000 habitants. En quelques années, le concept de « Smart City » est donc devenu concret. Faisons le point sur cette transformation en profondeur des villes que nous connaissons.

Une transformation globale

70% des habitants vivront en ville en 2040. Pour que tout le monde puisse cohabiter sans épuiser les ressources de la planète, le concept de ville intelligente a été créé. Il se propose comme une solution idéale pour « vivre mieux ».

Une Smart City possède en effet plusieurs enjeux :

  1. Economique : La Smart City a pour ambition de rebooster l’économie d’un pays grâce aux innovations. Ces dernières permettent d’ailleurs de créer de nouveaux emplois.
  2.  
  3. Ecologique : avec une consommation d’énergie par foyer qui ne cesse d’augmenter, l’idée est de limiter les rejets de CO2. Modérer les déplacements, surveiller la qualité de l’air et le trafic routier sont des mesures pouvant être mises en place pour palier ça.
  4.  
  5. Technologique : Développer l’open data pour analyser les besoins et la consommation de chaque individu, et permettre une interaction intelligente entre citoyens et administrations. Des données sont ainsi collectées à travers la ville. Par la suite, elles sont mises à disposition des habitants, et utilisées pour optimiser les services proposés par la ville.

smart city ville intelligente Li-Fi Lifi

La création de nouvelles villes

Lorsque le budget le permet, créer une ville intelligente de toute pièce peut être très intéressant. Ça permet de repartir sur des bases 100% ville verte et intelligente. Une entreprise a d’ailleurs fait ce choix aux Émirats arabes unis.

La société Masdar est en train de créer une ville du même nom à 30 km d’Abu Dhabi. Celle-ci jaillit tout bonnement du sol, et s’étendra sur près de 6 km². Construite de toute pièce, elle garantit zéro-déchets et zéro émissions de carbone. Dans les années à venir, elle ne va cesser de s’agrandir pour accueillir les premières familles.

La transformation de villes existantes

Hormis le projet à Masdar, aucune ville dans le monde n’est une Smart City à 100%. Amsterdam, Barcelone, Copenhague, Helsinki, Manchester et Vienne se distinguent toutefois par leur niveau élevé de maturité en la matière.

En France, plusieurs villes ont pris le parti d’opter pour une transformation en profondeur pour devenir « intelligentes ». Lyon, par exemple, souhaite améliorer la qualité de l’air respiré par ses citoyens, via de nombreux moyens. L’incitation active au covoiturage ou la réalisation de nouvelles pistes cyclables pour atteindre les 1000 km de voies dans l'agglomération d’ici à 2020 sont parmi les grands projets de la ville.

La métropole mise aussi sur une démarche du « faire ensemble ». Les nouveaux services urbains sont construits pour les usagers dans une démarche qui intègre les évolutions numériques.

L’open data au centre de la transformation

L’open data est l’une des dominantes principales des villes intelligentes. La collecte massive de données permet d’optimiser les services proposés par la ville, de façon continue ou ponctuelle. C’est un levier essentiel, à la fois pour la transformation ou la création d’une nouvelle ville intelligente.

Lyon par exemple, développe le programme Data Grand Lyon. Au cœur de la ville, 98% des données sont en open data. On retrouve alors en temps réel sur son smartphone les endroits touristiques, les horaires de bus, les stations vélo’v disponibles etc.

Sinon, Rio de Janeiro, ayant accueilli les JO 2016 et bientôt la Coupe du Monde de football 2018 se modernise petit à petit et tend à devenir une mégalopole connectée :

  1. Un grand centre informatique destiné aux prévisions météo et à la surveillance des risques naturels a été installé,
  2.  
  3. Des centaines de caméras vidéo sont placées aux points stratégiques de la ville pour agir au plus vite en cas de catastrophe,
  4.  
  5. Plus de 8 millions d’euros pour s’équiper et devenir un pôle majeur pour la gestion des risques, des urgences mais aussi la maîtrise de l’impact sur le climat.

Enfin à San Francisco, de nouvelles options de déplacement sont proposées aux habitants grâce à la data. Elles viennent se greffer au système de transports déjà existant. Les applications de navigation comme Google Maps prennent alors en compte les transports publics et taxis à la demande (Uber) pour offrir aux individus des options de trajet multimodales en un temps record.

Au cœur des villes, les bâtiments et les espaces publics sont pleins d’équipements différents. Tous sont connectés entre eux, grâce justement à la data. À plus long terme, l’enjeu est de gérer plus intelligemment nos villes.

Cependant aujourd’hui, l’Etat ou parfois même de grands groupes privés, ont du mal à exploiter totalement le concept de Smart City. Leurs problématiques ne sont pas les mêmes.

singapour smart city

Des difficultés de compréhension entre les acteurs

Architectes, industries, Etat… beaucoup mettent en doute le système de Smart City, malgré ses atouts. En effet, les enjeux financiers, juridiques et techniques sont complexes pour tous les secteurs : banque, transport, éducation, etc. Certains envisagent le concept comme un aspect unique à traiter, tandis que d’autres sont dans une approche plus globale. 

À terme, en ayant chacun sa vision des choses, les non-initiés se perdent. Difficile alors de mener à bout des projets d’ampleur faisant avancer les choses. Même si les articles et les débats sur le sujet se multiplient, le concept reste donc toujours aussi flou pour certains.

Conclusion

Longtemps restée à l’état de concept marketing, la Smart City a conquis les esprits et implique aujourd’hui de vraies transformations au cœur des villes. De grands enjeux sont encore à l’étude avec les acteurs de l’économie, mais bon nombre d’actions sont déjà mises en place. Les panneaux connectés sur les routes par exemple indiquent en temps réel les accidents et les problèmes qui peuvent survenir et gêner les automobilistes. Individuellement parlant, les habitants de ces Smart Cities pourront, à l’avenir, analyser leur consommation d’eau, d’électricité, mais aussi maîtriser leurs déchets, dans une démarche de préservation de l’environnement. 


Le hub smart city répond à l’ambition de réunir dans un même espace les réflexions, les expérimentations et les réalisations faites  pour répondre aux enjeux de la smart city.

Cet article a été consulté 17842 fois.

Tendances